PRÉSENTATION

 

Catherine Arniac est née un jour de décembre 2012. Auparavant, quelques expositions avaient valu à cette artiste autodidacte un certain succès auprès du public. Cependant, celle qui « manipule la matière » n'était pas satisfaite. Elle ne signait d'ailleurs pas sous son nom, seulement sous un pseudonyme, comme s'il existait une dissociation plus ou moins consciente et volontaire entre elle et ce travail. Quelque chose manquait : sa recherche n'arrivait pas à trouver le bon médium. Vint alors une exposition dans une belle et grande salle, où un billard trônait au milieu, inopportun, et où des tables disgracieuses s'avéraient nécessaires pour exposer des sculptures. Il fallait composer avec ce mobilier imposé. Comment le gommer, voire le rendre esthétique ? On choisit de l'habiller pour le masquer. Il se retrouve alors emballé façon Christo, tout de lm plastique noir vêtu, ou plutôt paré. Cacher rendait beau : voilà l'étincelle, jaillie de l'imprévu, qui a mis le feu aux poudres. 

L'occasion a donc semé une idée, certes accidentelle comme toutes les idées, mais irrévocable comme les grandes visions. Peu à peu, chemin faisant, cette décision esthétique de mise en scène d'exposition s'est insinuée dans l'esprit de l'artiste et s'est mue en direction créatrice pour son travail : protéiforme, elle se déploie et gagne toutes les dimensions. Catherine Arniac ne s'enferme pas dans le rayon des peintres ou dans celui des sculpteurs : deux ou trois dimensions, peu lui importe. Il faut voir une création à l'oeuvre, car Catherine Arniac est une artiste poète, c'est-à-dire faisant ou créant. 

« Le sens de la vie va vers la création, c'est un chemin » con e-t-elle. Emballer les oeuvres et faire apparaître en des parts choisies ce qui sous-tend le tout : voilà peut-être la maxime de travail de l'artiste. De là provient cette profondeur de mystère qui saisit le spectateur à la vue de ses oeuvres. Mystère double, énigme montagne à deux versants à gravir par le sentier-contemplation : que cache cet étrange réseau de filaments, cet écran qui parcourt la surface de l'oeuvre ? Comment est-il venu ? Deux questions, deux abîmes. 

 

Que l'oeuvre soit tableau ou sculpture, toile ou objet, la technique est la même. Les entrailles colorées de l'oeuvre percent à travers des ouvertures, bulles éclatées, crevures ou lacérations. Pas de débordement ni de jaillissement, mais révélation pudique et secrète : l'artiste dévoile subtilement un jeu de cache-cache, où tout prend un masque pour se dissimuler et se transformer, sans cependant abandonner tout à fait sa vraie nature. Catherine Arniac lève un peu le rideau, un rideau mité, déchiré, sur ce qui est caché dans ses oeuvres. 

Et ce rideau, est-il d'acier ou d'airain ? S'il n'est de bronze, est-il de vermeil ou encore de vieil or ou argent ? Quelques observateurs perspicaces ont démêlé, démêlent et démêleront l'énigme de cette matière. Ce n'est toutefois pas l'important. Les secrets de fabrication peuvent naturellement intéresser ; néanmoins, ils demeurent toujours d'ordre anecdotique. Le vrai mystère de cette membrane aux teintes métalliques réside non dans son comment mais dans son pourquoi. Par quel miracle se forge-t- elle sur tout cela ? C'est une peau qui se craquelle et se dissout à dessein, une écorce pleine de volontaires écorchures révélant une chair colorée. Peut-être faut-il dire que les ajouts de cette pellicule sont créés par de la chaleur : Catherine Arniac peint ou façonne un noyau qu'elle recouvre ensuite dans une danse autour de l'oeuvre avant d'en brûler la surface. Pour la parachever, elle abandonne sa création à un élément dangereux qu'elle maîtrise sans pour autant le contrôler absolument. L'oeuvre acquiert une matérialité sublimée par ce traitement extrême. L'artiste aime d'ailleurs se présenter comme une sorte de « chimiste de la matière »... 

Catherine Arniac habite aujourd'hui dans la région arlésienne. Elle se nourrit des paysages de la Camargue, où, selon ses mots, « l'austérité et la rudesse du vent aplanit tout et pousse les grains de sable ». Il y a de l'aridité dans ce sud de la France cuit par le soleil cuit et balayé par le vent. Le paysage se compose de ce qui sourd de ses tréfonds : les montagnes, les arbres, les sources, tout émerge des profondeurs dans cette nature où tout est livré à l'éprouvante morsure des éléments. Il en va de même dans le travail de Catherine Arniac : vent et soleil sont à l'oeuvre à travers cette peau tendue autour de l'oeuvre. L'artiste tend cette toile dans une gestuelle quasiment dansée, comme si elle était poussée par le vent, et ensuite brûle cette enveloppe par le chaleur d'un soleil. Alors seulement affeure, discrète, à travers cette chape aux fenêtres énigmatiques, la secrète intériorité des oeuvres. 

Paris, mardi 13 juin 2017 Célian de Préval. 

Expositions personnelles

2020 Le monde d'après - Art&Fact l'espace galerie - ARLES 

2019 Résille & Transparence Hôtel jules césar/M gallery - ARLES

2018 Organic form  Hôtel Jules César/ M gallery - ARLES

2017  Ab ovo  Installation Hôtel de Manville /

          Jardin du Prince Rainier II de Monaco les BAUX de PROVENCE

          Expo Galerie Post Ténébras Lux

2016  Blessée La Galerie Arles - philippe Ghezzi ARLES

2015  Expo La Citerne les  BAUX de PROVENCE

2015  Expo Artiste invitée festival «Voix de femmes» 

          Centre culturel SAINT MARTIN DE CRAU

2014  Expo La Citerne les  BAUX de PROVENCE

2014  Expo Tour des abbés FONTVIEILLE

2013  Expo  Château Beaulieu  près AIX EN PROVENCE

2013  L'une entre autre - Tour des Abbés  FONTVIEILLE

2012  Expo  Club Barclay’s Bank  ARLES

2012  Expo   RBC Design  AVIGNON

2012  Expo Galerie Ephémère ARLES

2010  Expo  Féria de Pâques  ARLES

2008  Fleurescence  Aromatic ARLES

 

Expositions collectives internationales

2017  Palazzo Ca Zanardi - Off Biennale de VENISE

2016  Art OSAKA - galerie bruno massa / JAPON

2016  Art HAMPTONS - galerie bruno massa / USA

2016  SIA NEW YORK CITY - galerie bruno massa / USA

2015  Biennale de SARRIA / ESPAGNE

2015  Salon d’automne international SAINT PÉTERSBOURG / RUSSIE

 

 

Expositions collectives nationales

2020  Papiers Art&Fact l'espace galerie - ARLES

2019  Art&Fact - Chapelle de la charité - ARLES

2019 Les Chemins de traverse - Château de Bosc - DOMAZAN - vaucluse

2019 Galerie La Soleille - LA MOTTE - Var

2018  ARTITUDES - Espace VAN GOGH - ARLES

2018  Cour Carrée Château de l’Empéri - MP 2018 - SALON de PROVENCE

2017  Festival OFF d'Art Contemporain- LA ROQUE D'ANTHERON

2017  ARTITUDES 2017 - ST REMY DE PROVENCE

2017  Salon Art Capital - GRAND PALAIS / PARIS

2016  Voeux d'artistes MARSEILLE

2016  Eglise de Trinitaires / ARLES

2015  Salon Art Capital au GRAND PALAIS / PARIS

2015  Salon d’automne CHAMPS ÉLYSÉES - CONCORDE / PARIS

2015  Expo Centre culturel la laiterie  LUBÉRON

2013  Salon des Hivernales de  PARIS-Est / Montreuil

2013  Galerie l ‘Atelier d’ Art CANNES

2012  Expo  Château de Barbegal ARLES

2012  Expo centre culturel de SAINT MARTIN DE CRAU

 

Collectionneurs

 

Présence dans des collections privées en FRANCE, PAYS BAS et ROYAUME UNI, MEXIQUE.

  • Grey Facebook Icon
  • Grey Instagram Icon

© 2020 by CATHERINE ARNIAC /  MENTIONS LEGALES